Jean Barbaud – Dessinateur de BD

Le 13 novembre dernier, nous avons reçu le dessinateur de Bd et de dessins animés Jean Barbaud. Mr Barbaud est l’auteur de plusieurs bande dessinées et est également le dessinateur de la série de dessins animés « Il était une fois »

 

  • Eric Cihigoyenetche: Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle web radio, aujourd’hui nous avons le plaisir de recevoir Jean Barbaud qui est un dessinateur français, créateur de bandes dessinées, et de dessins animés aussi. Bienvenue Monsieur Barbaud, j’espère que vous allez bien, est-ce que vous pouvez vous présenter rapidement à nos auditeurs?
  • Jean Barbaud:Et bin je suis donc dessinateur de bandes dessinées et je suis issu du monde de l’animation donc à travers les séries que visiblement tout le monde a vu: “Il était une fois l’Homme”, “Il était une fois la Vie” et les cinq autres séries qui ont découlé du même univers.
  • EC: En tant que dessinateur, vous avez tout d’abord créé la première série donc, “Il était une fois l’Homme”, créée en 1978 qui a donc marqué de nombreuses générations dans de nombreux pays. Comment est née l’idée de faire cette série? Pouvez-vous nous parler un peu de la création des personnages etc… enfin de la genèse un peu de…
  • JB: L’idée elle était sortie de la tête du producteur des séries qui s’appelait Albert Barrillé et qui était un producteur à Paris qui avait sa propre structure, il ne dépendait de personne, c’était vraiment sa société, et il avait pour… dans un premier temps il a fait quelques séries pour les enfants mais qui étaient du divertissement et puis un jour il s’est dit qu’il avait envie de faire quelque chose de plus ambitieux dans la mesure où il voulait apporter une sorte de complément d’éducation aux enfants qui pouvaient être éventuellement, bon, abandonnés, le mot est un peu fort, mais si les parents n’avaient pas assez de temps pour s’occuper d’eux, qu’ils ne perdent pas leur temps devant la télévision, donc il a décidé de leur apprendre en toute modestie l’histoire de l’humanité par exemple, c’était vraiment un énorme programme par la suite il a eu envie de leur expliquer le fonctionnement du corps humain et ainsi de suite.
  • EC: Donc finalement c’est lui qui créait un peu tous les scénarios des différents épisodes etc, et vous, vous étiez à son service?
  • JB: C’était vraiment une société où ça fonctionnait de manière assez artisanale, donc lui était une sorte de chef d’orchestre si vous voulez, il avait les idées dans un premier temps, il écrivait les scénarios de tous les épisodes, moi, il m’envoyait le texte qui, ça ressemblait un peu à une pièce de théâtre si vous voulez dans la mesure où on décrivait les situations, où on décrivait les personnages qui étaient présents dans chaque scène et puis également, y avait les dialogues qui étaient écrits et moi je notais tous les nouveaux personnages qui arrivaient, si y avait une voiture qui arrivait, je devais, suivant l’époque où ça se passait, ça pouvait être un carrosse tiré par des chevaux, et donc il me fournissait de la documentation aussi, et à moi de dessiner dans le style des personnages. En fait on s’est rencontrés parce que, comme je travaillais au début dans le dessin animé y a eu une sorte de concours où on avait déjà le listing des 8 principaux personnages de base de la série et puis il fallait leur donner un aspect graphique quoi, donc on a été plusieurs, enfin plein de dessinateurs d’après ce qu’on m’a dit parce que moi j’ai pas vu les propositions des autres mais il y a eu plusieurs projets soumis et Albert Barrillé a trouvé que mes dessins correspondaient le plus à ce que lui avait dans sa tête. Comme j’étais aussi très jeune, j’avais 21 ans, c’etait mon premier travail donc je pense que pour lui c’était également plus facile de modifier… J’avais pas autant d’égo qu’un dessinateur qui aurait déjà 20 ans de métier par exemple et qui aurait pû rentrer plus en opposition avec lui.
  • EC: Alors 8 ans après la 1ère série “Il était une fois l’Homme “, on vous propose de créer “Il était une fois la Vie” qui a obtenu donc le 7 d’or de la meilleure émission pour la jeunesse en 1988, ce fût donc un succès on peut dire presque planétaire puisque ça a été traduit quand même dans de nombreux pays. Est-ce que vous vous attendiez à un tel engouement et à un tel succès?
  • JB: Et bin, on s’attend jamais en fait au succès qui peut-être celui d’une série, surtout sur la première, pour moi, je travaillais sur cette série et après j’allais travailler sur d’autres choses, peut-être au sein du même studio de dessin animé ou des albums de bande dessinées, des illustrations ou tout ce qui faisait le quotidien d’un dessinateur. La surprise c’est qu’Albert Barrillé m’a dit presque dès le début de la diffusion qu’il avait vendu la série dans pas mal de pays, que ça s’annonçait très bien et qu’il allait démarrer une deuxième série. Donc la 2ème ça a été celle qui se passait dans l’espace qui était un petit peu parfois un complément de ce qu’il n’avait pas réussi à glisser comme information dans la première, et la 3ème c’était la Vie qui a sans doute été la plus populaire quoi en fait et qui expliquait le fonctionnement du corps humain.
  • EC: Voilà donc la série “Il était une fois” ne concerne pas uniquement l’Homme et la Vie, il ya donc un ensemble de 4 séries d’”Il était une fois” traitant de thèmes différents, est-ce qu’on peut parler d’une espèce d’encyclopédie d’animation’
  • JB: Je sais pas si on peut employer ce terme là mais c’est vrai que dans un 1er temps donc l’histoire de l’humanité qui est déjà un bon programme, le 2ème c’était étendre au niveau du cosmos ou du système solaire et même plus loin, aborder plein de thèmes sur l’infiniment grand disons, la 3ème série de revenir sur l’infiniment petit et le niveau atomique, les microbes et puis par la suite, y a eu plus de séries en fait, y a eu “l’histoire des Amériques” qui a sans doute fonctionné pas mal en langue espagnole aussi, y a eu une série sur les découvreurs et sur les inventeurs, donc ça faisait 6 séries en tout et puis une dernière qui parlait en fait de l’évolution de la planète, qui abordait les problèmes de pollution et de choses un peu plus sombres et en fait c’était un peu l’aboutissement de l’oeuvre d’Albert Barrillé puisqu’on revenait de plein pied dans la réalité ou même des projections sur le futur immédiat, donc on perdait un petit peu de légèreté de ce qu’on avait sur les 1ères séries.
  • EC: D’accord, qu’est-ce qui vous a poussé à dessiner, comment est née un peu cette passion?
  • JB: Bin la passion je pense qu’elle est… moi j’ai pas le sentiment de m’être ennuyé quand j’étais enfant, c’est mes parents qui m’ont dit que  j’étais tranquille dans mon coin, en plus mes parents vendaient, avaient un magasin de presse où il y avait des bandes dessinées donc il y avait des choses de Walt Disney ou autres que je recopiais au début et puis après j’ai commencé à créer des personnages, c’était des dessins d’enfant ou de jeune adolescent en tout cas mais j’inventais des histoires et je les dessinais sur des papiers qui traînaient quoi, le temps passait comme ça. Après il fallait juste passer de ce stade de dessins qui étaient un peu dans le stade de la recopie de dessins ou dans une invention mais sans avoir les bases de dessin donc il a fallu passer par une école de dessin pour acquérir des notions d’anatomie et avoir quelque chose d’un petit peu plus sérieux comme dessin quoi, un peu plus professionnel.
  • EC: Vous avez, pour terminer, également travaillé sur d’autres bandes dessinées comme par exemple Lieutenant Mac Fly en 1999, Gueule de zing en 2001 et les Dézingueurs en 2009. Où en êtes vous au jour d’aujourd’hui, quels sont vos projets en cours ou à venir, est-ce que vous pouvez nous en toucher deux mots?
  • JB: Bin moi j’ai toujours aimé l’aviation, donc quand… comme mes premières envies c’était de faire de la bande dessinée, plus que du dessin animé, je pense que c’était aussi parce que j’imaginais pas qu’en France on puisse faire du dessin animé, pour moi, le dessin animé ça se passait au Japon, ça se passait aux Etats-Unis dans des grandes entreprises mais pas le côté artisanal que j’ai pu rencontrer avec Albert Barrillé, donc j’avais d’avantage envie de faire des livres, voilà ça correspondait à ce que j’avais lu quand j’étais enfant et j’avais envie de faire ça. Donc quand il y a eu une possibilité entre 2 séries, je me suis dit tiens on peut essayer de faire quelque chose, comme j’aimais les avions, faire qeulque chose, des histoires d’humour avec des avions, malheureusement il n’ya pas eu assez de public, parce que c’était vraiment réservé à des gens à la fois intéressés par l’humour et les avions, c’était pas un public très très nombreux, donc ça me plaisait beaucoup d’y travailler mais malheureusement y avait pas assez de lecteurs, donc les projets par la suite ça serait de refaire sans doute quelque chose avec des avions, parce que quand on a envie de faire quelque chose on reste un peu fixé là-dessus, mais peut-être de faire quelque chose de plus sérieux, en fait j’ai trouvé un récit que j’aimerais bien adapter en bande dessinée, mais peut-être que je le ferai en étant retraité, je ne sais pas, on verra mais des envies autrement de faire des dessins sur toutes sortes de thèmes ça continue à me motiver.
  • EC: Et bin je vous remercie beaucoup, je vous souhaite une bonne continuation, merci…
  • JB: Merci à vous
  • EC: Bonne journée ici à Saragosse et bon séjour.