RENCONTRE LITTÉRAIRE| Maryam Madjidi, Marx et la poupée / Marx y la muñeca (trad. Palmira Feixas)

 Début: 07/11/2018
 Fin: 07/11/2018
 Ville: Madrid

Lieu

Théâtre de l’Institut français de Madrid – C/ Marqués de la Ensenada, 10

Heure

20:00h

Prix

Entrée Libre – Réservation recommandée

Rencontre modérée par Nadereh Farzamnia

Mercredi 7 novembre 2018 à 20h00 au théâtre de l’Institut français de Madrid. En français et en espagnol avec traduction simultanée. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Réservation recommandée.

Dans ce roman, qui a reçu en France le Prix Goncourt du premier roman et vient d’être publié en Espagne chez Minúscula, Maryam Madjidi conte son histoire de petite fille exilée ayant dû quitter l’Iran des débuts de la Révolution islamique pour la France.

Le lecteur découvre ainsi le kaléidoscope des images de son enfance et de ses souvenirs. Bientôt vient la séparation forcée de la terre et des repères iraniens, comme les lieux familiers, la nourriture, sa famille, ses jouets. Un départ décidé par ses parents engagés dans le communisme. D’autres images naissent alors, et des “guirlandes de mots” pour tenter de décrire ce profond bouleversement que connaît la petite Maryam et qui se résume en quatre lettres : l’exil.

L’irruption de la fable, du conte enfantin et de la poésie, qui font l’originalité du roman, renforcent l’émotion et la force portée par les mots. L’écriture de Maryam Madjidi décline en effet les nuances de l’exil, de la patrie, des racines, mais nous offre aussi son propre reflet : le récit d’une tension entre les langues et les cultures, entre le persan et le français. Une histoire de naissances, de rejets, de retrouvailles, car la petite fille en grandissant s’adapte petit à petit à la vie en France et finit par adopter ce pays où elle et ses parents ont trouvé la paix et la liberté qui leur ont fait défaut en Iran.

La légèreté du roman s’avère finalement puissamment poignante, car Maryam Madjidi prend d’entrée de jeu son lecteur par le cœur, en partageant avec lui des interrogations très actuelles sur la souffrance engendrée par l’éloignement de son pays d’origine, sur l’illusion d’une identité au singulier ou encore sur la perception de la différence. Intégrer implique-t-il forcément de chercher à assimiler, à supprimer la différence ? Ce livre émouvant, où la réalité si souvent cruelle est racontée avec douceur, humour et tendresse, semble inviter plutôt à se confronter à cette différence, à l’accepter et à savourer la coexistence de plusieurs cultures, même si elle a parfois un goût amer.


Née en Iran,
Maryam Madjidi a quitté son pays en 1986 avec ses parents, alors qu’elle n’avait que six ans. Elle a grandi en France, suivi des études de lettres à la Sorbonne et rédigé un mémoire de littérature comparée au sujet de deux auteurs iraniens : Omar Khayyâm et Sadegh Hedayat. Elle devient ensuite professeure de lettres et de langue française en France, en Chine puis en Turquie. A son retour en France, elle continue de donner des cours de français et ce, dans des contextes particuliers : auprès des détenus de la maison d’arrêt de Nanterre et des mineurs isolés étrangers au sein de la Croix-Rouge. Partagée entre deux identités, deux pays, deux langues, deux patries, Maryam se consacre ensuite à l’écriture pour raconter son histoire de petite fille exilée.

Nadereh Farzamnia est docteure et professeure à la Faculté de Philosophie et de Lettres de l’Université Autonome de Madrid, dans le département d’Etudes arabes et islamiques et d’Etudes orientales. Elle est spécialiste de la langue perse, de la littérature persane moderne et contemporaine et de la politique et société de l’Iran moderne et contemporain. Elle a traduit des livres comme El laberinto de sueño y angustia de Atiq Rahimi et à travers l’Oficina de Asesoría Lingüística de l’UAM elle a été chargée en 2015 de traduire une anthologie du Masnavi, oeuvre principale du poète Rumi. Nadereh Farzamnia est également écrivaine : elle a écrit notamment sur l’Iran (Irán. De la Revolución Islámica a la Revolución Nuclear) et la langue persane (Iniciación a la lengua persa).

 

Maryam Madjidi interviendra également le 8/11 à l’Institut français de Saragosse.

Partenaires