En el marco del festival Seriesland, los creadores de la serie Alice in Paris, Alysse Hallali y Thibaud Martin, estuvieron en Bilbao y tuvimos la suerte de hacerles una entrevista en francés.

Cela fait quatre ans que vous tournez la série Alice in Paris n’est-ce pas?

Oui, on a réalisé la saison 1 en six mois, 25 épisodes de 1min30 avec avec seulement le personnage d’Alice dans la série. La saison 2 on a mis un an, le double, car nous avions de nouveaux personnages, des épisodes plus long 4 mins et surtout nous avons eu une commande de feuilleton de la chaîne TasteMade, notre diffuseur. Le temps de l’écriture du scénario et de tournage a alors pris plus de temps. Et pour la saison 3, nous avons fait pareil, nous avons redoublé de temps de réalisation et nous l’avons faite en deux ans! Pour cette saison 3, la chaîne TasteMade nous a demandé un format sitcom avec des épisodes qui durent 22 mins. Du coup ces épisodes sont tournés en français par les acteurs puis ont été doublés en anglais sur deux semaines.

Ce doublage est fait par les acteurs de la série?

Pour chaque saison nous avons fait les deux versions: français et anglais. La plupart des acteurs ont doublé leur propre voix en anglais. Alice se doublait depuis le début en anglais et cela marchait bien, on a gardé sa voix. La question de l’accent s’est posée mais la chaîne américaine Taste Made nous a dit qu’ils ADORAIENT l’accent français et qu’il ne fallait pas dénaturer la série.

Alice in Paris se base avant tout sur la découverte d’endroits insolites à Paris, les bonnes adresses. Comment trouvez-vous ces lieux?

C’est Alysse qui faisait ce travail au début, de recherche de particularités culinaires ou architecturales. Ensuite pour la saison 1 nous racontions tout une histoire autour du lieu. Nous faisons une petite liste et pendant un ou deux jours nous faisions notre marathon à manger, tester etc.
Pour la saison 2 nous avions des assistants mais finalement c’est toujours Alysse qui trouvait les endroits qu’elle aimait et avait envie d’aller.
Pour la saison 3, avec un format plus long de 22 mins, c’était difficile de rester tourner deux ou trois jours sur les lieux. Nous devions nous organiser autrement, tourner sur des jours creux mais demandait surtout une organisation plus contraignante même si nous avions peu de matériel. Sur cette saison nous devions également trouver un restaurant gastronomique où nous pourrions tourner une grande partie des scènes. C’est le chef du restaurant L’Ours à Vincennes (94), Jacky Ribault, qui a accepté. Le chef était génial, nous avons pu filmer ces recettes et il apparaît également dans la série.

Dans la saison 2, Alice découvre qu’elle a le «palais absolu» est-ce le cas d’Alysse?

C’est la question que beaucoup nous posent mais non. On a introduit ça au début de la saison 2, Alice a le palais absolu et est capable de sentir toutes les saveurs de tous les plats. C’est ce que peuvent avoir à long terme les chefs. Par exemple le chef Robuchon a eu un jour un accident de moto et est resté six mois à l’hôpital alité. Pendant ces six mois il a écrit des plats, des menus et composé tout cela car il avait toute une bibliothèque de goûts et de saveurs. C’est également une épreuve de Masterchef France. On a alors introduit ça dans la saison 2 et cela lui permet de faire des aventures et des enquêtes gastronomiques grâce à son palais. Elle est l’élue de la gastronomie.

Et alors Alice in Paris, c’est quoi la suite?

Pour l’instant le format Alice in Paris la série c’est fini. On a encore quelques épisodes en tête pensés pendant le tournage de la saison 3. Moi (Alysse parle) si j’avais envie de continuer Alice in Paris, ce serait plutôt pour faire des villes et activités en France. On a beaucoup de chance d’avoir un patrimoine si incroyable dans toutes nos régions. Ou alors, on a pensé à l’étranger. J’avais (toujours Alysse) des idées d’épisodes comme celui d’un hôtel au Kenya où des girafes passent la tête par les fenêtres du restaurant pendant pour voler les croissants du petit déjeuner. Donc si épisode il y a, ce ne sera pas à Paris.
Et peut-être Alice in Bilbao?
Un autre projet auquel on a réfléchi, serait de garder l’esprit et les personnages d’Alice, et l’adapter en bande dessinée. Nous ferions le scénario, puis un illustrateur lui donnerai une forme sur le papier pour faire durer l’univers.

El Institut

Entrevista con Alice in Paris

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar nuestros servicios mediante el análisis de sus hábitos de navegación. Puede aceptar las cookies haciendo clic en el botón «Acepto» o configurarlas o rechazar su uso haciendo clic en la Política de cookies